Ségolène Royal: "On sait maintenant qu'on a un système tyrannique"

Publié le par Désirs d'avenir 78

Le gouvernement a voulu passer en force, c'est une corruption de l'esprit de la République

Voici l'intégralité de la réaction de Ségolène Royal au micro de France Inter, vendredi22 octobre :

Ségolène Royal : Le gouvernement a voulu passer en force et je pense que c’est une corruption de l’esprit de la République. On avait déjà vu la corruption concrète du système Sarkozy. On voit là qu’il y a une corruption des mœurs politiques. Aucun pays moderne ne conduit aujourd’hui des réformes de cette importance contre le peuple. Et au contraire, la condition d’une réforme durable, c’est de construire ce genre de réforme grâce à la democratie participative, par et avec les gens parce que la retraite, c’est un patrimoine de chaque travailleur et donc le système qui consiste à imposer par un rapport de force une réforme qui est à la fois brutale et injuste est forcément une réforme qui ne durera pas.

France Inter : Que dites vous aujourd’hui, après ce vote du Sénat et avant le vote définitif la semaine prochaine ?

Ségolène Royal : Je dis aujourd’hui que le prochain rendez vous c’est en 2012 et qu’en 2012, si les Français nous font confiance, nous leur rendrons la retraite à 65 ans et pour ceux qui ont travaillé depuis longtemps, nous leur rendrons la liberté de s’arrêter à l’age de 60 ans. Parce que ce sont des acquis sociaux et il n’y a aucune raison de reculer sur ces acquis sociaux dès lors que l’on met en place une autre réforme : celle qui consiste d’abord à lutter contre le chômage puisque les besoins des régimes de retraite sont d’abord dus au chômage et donc au manque de cotisations. Deuxièmement, c’est de faire participer les revenus financiers au financement des retraites.

Vous savez, Blaise Pascal écrivait cette phrase dans ses « Pensées » : « La force sans la justice est tyrannique » On savait qu’on avait un système corrompu. On sait maintenant qu’on a un système tyrannique avec une volonté de passer en force sur une réforme brutale et injuste."

 


Publié dans Actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article